fbpx

interviews

en questions

Vincent Carré est intervenant en Bachelor Motion Design mais avant tout un professionnel. Ancien étudiant d’ETIC, il est revenu afin de partager son savoir et son expérience, mais aussi pour retrouver cette ambiance chaleureuse et conviviale propre à l’école.
Il nous retrace son parcours.


Bonjour Vincent, Tu as terminé ton cursus à l’école, après 3 années.
C’était en quelle année ?

Vincent : Il me semble être entré en 1999 et sorti en 2002, J’ai fait 2 ans rue Franciade puis 1 an avenue Maunoury. ETIC a beaucoup bougé.

Ok, mais reprenons depuis le début : avant Etic, tu faisais quoi ?

Vincent : Alors, déjà pour le lycée, je ne savais pas trop par où me diriger, mais j’avais déjà cette envie de faire de la 3D, très certainement à cause de Jurassic Park qui était sorti en 1993, et qui est resté ancré dans un coin de ma tête, inconsciemment. Il n’y avait pas du tout de formation multimédia à cette époque, et encore moins de 3D. J’ai donc fait une terminale STI, parce que c’était la seule solution pour moi de rester dans le lycée où j’étais et de faire, quand même, un tout petit peu de dessin technique en mécanique, à défaut d’autre chose. Certes, rien à voir avec la formation ETIC, mais c’était le petit truc qui me faisait tenir ! Et ça s’est confirmé par la suite parce que je me suis accroché à ça.


Et depuis tu as déjà fait un beau parcours. Tu peux nous en parler ?

Vincent : Après l’ETIC, je suis tombé sur une page de publicité d’une école de 3D, grâce à Julien H. qui avait emmené un magazine de graphisme, et je les ai contactés par la suite. J’ai donc été à l’école Georges Méliès à Orly (anciennement EESA), puis j’ai travaillé pour différents studios d’animation 3D pendant 14 ans, en passant par TeamTO à Paris. Puis ma femme a eu une opportunité pour s’installer à Orléans, donc nous y sommes allés et je me suis mis à mon compte.

Et quand tu étais à Etic, quels étaient tes cours préférés ?
Un souvenir particulier ?

Vincent : Hmm, je dirais les cours de nu pour l’anatomie, ainsi que la perspective. En 3D, je l’ai appris plus tard, mais il est essentiel de s’intéresser à absolument à tout ce qui nous entoure, que ça soit de l’architecture, de l’anatomie, ou même la physique et la biologie… Car en animation, nous sommes amenés à recréer des mondes, et pour qu’ils soient crédibles, il faut avoir de bonnes connaissances générales, comprendre comment articuler tout ce qu’on construit. Même une plante obéit à des règles de physique simples dans sa construction par exemple, et si on ne les respecte pas la plante ne semblera pas réelle, même si elle est imaginaire. On se base beaucoup sur la complexité du monde réel pour imaginer les mondes fantastiques.
Je me souviens aussi qu’en tout début de la première année, Stéphanie avait demandé à la classe ce que chacun comptait faire plus tard, j’étais le seul à avoir répondu « Animation multimédia », et elle m’a répondu qu’ « on ne fait pas ça ici, mais bon c’est pas grave ». Et maintenant on le fait 😉

Vincent, nous te remercions pour le moment que tu as pris pour nous répondre et surtout, nous sommes très heureux de te compter parmi nos intervenants sur le Bachelor Motion Design !

 



interviews / suite

X